LE THÉOLOGIEN
Nr. 20


Élia, Amos et Jérémie - Les prophètes avertisseurs inconfortables pour le peuple / Les prophètes depuis Jésus de Nazareth

Les prophètes dans le monde juif et chrétien avaient un sort lourd. Ils ont annoncé aux hommes des messages, en tant que «médiateur» du monde de la propriété spirituelle, qu’ils ont entendu à l’intérieur d’eux. Ils ont un aspect modeste de vie d’après les commandements du «créateur de Dieu», par exemple, les célèbres dix commandements ou le sermon sur la montagne de Jésus de Nazareth. Les prophètes devaient auparavant souvent traverser de longues luttes intérieures, avant de prendre enfin cette tâche. Cela implique également la confiance et l'expérience: C’est bien en fait l’esprit de «Dieu», qu’ils peuvent écouter dans leur intérieur. Et ils peuvent lui servir de porte-parole, c'est-à-dire en tant que canal pour son message à la population. Cela a toujours été un lourd fardeau pour l'homme, car un vrai prophète de Dieu doit lui-même toujours accomplir ce qu’il transmet aux autres. Les prophètes tombèrent toujours très vite en conflit avec les prêtres dominants et les scribes.


 

Traduction non contrôlée et non corrigée.
Pour toute question se rapportant au sens, la version allemande fait référence.

Table des matières

Préface

Elia - "Combien de temps penchez-vous des deux côtés?"

Amos - Ses paroles sont insupportables pour le pays


Jérémie - Violé, torturé et assassiné, par ceux qu' il a voulu aider

Les prophètes des dernières 2000 années

Le retour du Christ - le plus grand ennemi de l'église?

 

Préface

Visé essais sur trois prophètes de l'Ancien Testament, Elie, Amos et Jérémie, est un exemple aussi comme pour les autres prophètes, par exemple, Isaïe, Osée, Daniel, Ezéchiel et beaucoup d'autres. La question fondamentale de l'origine et la nature de prophétie, ne sera pas abordée ici. L'auteur estime que l'origine des prophéties de ces hommes est vraiment de dieu et que seul quelqu'un, dont la conscience étant quelque peu en harmonie avec l'esprit et les commandements de Dieu, soit en mesure de recevoir des messages prophétiques provenant de cette source et en cette qualité. Là où ce n'est pas le cas, le niveau de «transmission" éventuelle diminue par rapport à la conduite de vie de l'intéressé. Les éventuels messages d'un tel média ne proviendraient pas de la plus haute conscience de Dieu. Jésus l’a aussi enseigné dans ce sens, en recommandant catégoriquement de reconnaître les vrais prophètes de Dieu des faux prophètes «à leurs fruits» (Matthieu 7, 15 et suiv). Ou il a dit: «J'ai encore beaucoup de choses à dire, mais vous ne pouvez pas le supporter maintenant. Mais quand celui-là, l'esprit de la vérité viendra, il vous conduira dans toute la vérité. Car il ne parlera pas de lui-même, mais ce qu'il entendra, il le dira ...» (Jean 16, 12 et suiv)
Les églises enseignent, à la différence cependant de Jésus, que la prophétie ou la
«révélation» aurait été essentiellement accompli avec Jésus, et que maintenant l'ère de l'église aurait commencé. Si, comme l'enseigne l’église, ici ou là un prophète devrait parler, il faudrait que la prophétie soit identique avec le canon de la Bible, comme les théologiens de l'église l’ont fixé (voir ci-dessous).

Les essais sur élie, Amos et Jérémie ont été publié en 1996 aux éditions mot, image et son, et apparaissent ici de nouveau sous une forme légèrement retouchée. Les citations sont de tous les livres de la Bible. Pour élie du premier et deuxième livre des rois, pour Amos et Jérémie, des livres du même nom.
 

 


 

Elia - «Combien de temps boitez-vous des deux côtés?»


«Lève-toi et mange, car tu as un long chemin devant toi!» Ces mots, selon le récit dans le premier livre des rois dans la bible, sont parlés d’un ange au prophète Elia qui, allongé sous un arbuste de genièvre dans le désert, voulait mourir (19, 5). Mais sa mission prophétique n’est pas encore terminée et Elia, de nouveau renforcé, se porte une fois de plus en tant que prophète aidant, pour assister au besoin de son peuple Israël.

Elia vit dans le 9ème Siècle avant Jésus-Christ en Israël. Les gens se sont détournés de leur Dieu, en qui ils croyaient jusqu’à ce moment-là, et ils honorent alors seulement le dieu «Baal». Le nom de «Baal» désigne un «Dieu de la fertilité», mais il n’a pas été transmis avec quels modes de vie l'homme s'y associait. La maison du roi Achab, où Baal était également adoré, laisse aussi bien tuer de cupidité: le vignoble Nabot fut tué parce qu'il n'était pas d'accord de céder son pays - la base pour l'égalité sociale des familles et parenté - à la maison royale (cf. 1. Rois 219).
 

Le prophète de Dieu ne tue pas


Selon la transmission biblique, Elia tue plus tard, les prêtes de Baal, mais c'est très probablement une falsification historique. Les générations suivantes l’ont mit sur son compte pour justifier leurs propres meurtres avec pour «modèle» celui du prophète (voir aussi les explications sur Moïse dans Le théologien n. 13). En effet, un vrai prophète de Dieu respecte les dix commandements, et ne tue pas. Il dévoile sans ménagement l'injustice de l'homme et appelle à la conversion. C'est pourquoi Elia était aussi poursuivi, et devait toujours se cacher. Il annonce également une grave famine, qui, conformément à la loi des semailles et de récolte «Ce que l'homme sème, il le récoltera», dans la théologie de l'ancien testament intitulé aussi «faire - advenir - cohérence» qui incombera l'homme. Il est lui-même à cette époque, comme la bible le dit, près d’un ruisseau nourri par les corbeaux. Plus tard, il trouve refuge auprès d'une veuve et son fils.

«Combien de temps boitez-vous des deux côtés?»


Au plus fort de la famine le prophète appelle le peuple: «Combien de temps boitez-vous des deux côtés? Si Dieu est votre Seigneur, alors suivez le, mais si c`est Baal, alors suivez Baal» (1. Rois 18, 21).

Les paroles du prophète agissent. A la suite de l'abandon du «Dieu de la fertilité» Baal, selon les récits, il pleut à nouveau dans le pays, mais Elia a encore des ennemis qui ne transitent pas vraiment à la conversion intérieure. Elia s'enfuit dans le désert, il  ne veut plus. Mais Dieu l'appelle - par la voix propre intérieure d’Elia - sur la montagne de Sinaï, où Moïse jadis avait reçu les dix commandements pour le peuple.

Un puissant ouragan menace quasiment de détruire des montagnes vacillantes et des rochers, mais Elia n’entend pas la voix de Dieu en son intérieur. La terre tremble, pourtant Elia n’entend pas encore la voix. Enfin une chaleur de feu, mais pas de nouveau message, qu’il aurait pu comprendre comme la parole de Dieu, et éventuellement à rapporter à d'autres. Après le feu, un «silencieux mugissement tendre» vient, et maintenant il est dans la mesure: Le prophète perçoit  de nouveau la voix de Dieu en soi pour une autre tâche (19, 11-13).
 

«Swing low, sweet chariot»


A la fin de sa vie terrestre Elia se rencontre avec Elisa, son successeur en tant que prophète (cf. 2 Rois 2). Ils se trouvent tous les deux à la rive du Jourdain. Et ce qu’il se passa ensuite fut raconté par les esclaves noirs d’Amérique au 19e siècle dans une chanson: «Swing low, sweet chariot, comin for to carry me home». Un «chariot» de feu, un char arrive avec des chevaux de feu, et conduit le messager de dieu au retour dans les «mondes célestes», comme le Gospel-Song, «comin` for to carry me home».

Le livre sacré du judaïsme se termine avec Elia, chez nous connus également comme l’«Ancien Testament» dans ses dernières phrases, il annonce que le prophète Élia viendra ou parlera encore une fois avant les dernières périodes graves sur cette terre (Malachie 3, 23-24). Ainsi, par exemple, beaucoup de gens pensent à l'époque de Jésus, que le prophète Elia soit réincarné en tant que Jean-Baptiste. D’après les mots de la bible, il convertit «le cœur des pères à leurs fils et le cœur des enfants à leurs pères», afin que la paix soit. Et qui sait s’il n'a pas parlé dans notre temps. La moquerie des théologiens lui serait en tout cas été sûr.

 


Amos -  «Ses paroles sont insupportables pour le pays»

Au 8ème siècle avant J.C., les israélites vivaient dans un pays divisé. L’empire du sud (tribu de Juda), était hostile vis-à-vis à l'empire du Nord (les autres tribus d'Israël). Étant donné que dans le sud un prophète a été appelé. Il a eu la tâche d'annoncer la disparition du royaume du Nord, si les gens de là-bas ne modifient pas leur comportement.
 

Ils détestent celui qui leur dit la vérité


Amos dénonce la corruption en conséquence aux situations injustes dans le pays: la violence, la corruption, les exploitations des pauvres, les banquets des riches en débauche sexuelle, la religion aliénable. Le droit est «trempé dans l'absinthe» et la justice jetée au sol (5, 7). A la dénonce de son message à travers tout le pays, le prophète étranger affronte une résistance acharnée. Les gens sont en rancune avec ceux qui les blâment et détestent celui qui leur dit la vérité (5, 10), ainsi la parole prophétique. Ce sont surtout les prêtres qui sont contre lui et annoncent au roi: «Amos fait une révolte contre toi dans la maison d'Israël. Ses paroles sont insupportables pour le pays» (7, 10).

Les mauvaises conditions d'Israël auront des conséquences. Amos fait des comparaisons expressives pour faire la remarque sur la loi de cause à effet: «Est-ce qu’un lion rugit dans la forêt, quand il n’a pas de proie? Est-ce qu’on entend un jeune lion dans sa cachette, sans qu'il ait fait une prise?» (3, 4) Et Amos prédit: «Les maisons décorées d’ivoire s’effondreront et beaucoup d’autres seront détruites» (3, 15). De plus: «Vois, il viendra le temps ou on vous tirera avec la canne à pêche et de ce qui restera de vous sera pris avec des crochets de poissons. Et vous devrez aller aux lacunes des murailles et vous serez traînés, ainsi parle le Seigneur» (4, 2-3). Et le prophète met aussi son action en relation avec la loi de cause à effet: «Souffle-t-on du trombone dans une ville sans que le peuple ne soit choqué?» (3, 6). Le trombone c’est lui-même, et il déclenche la terreur. En effet, il montre en tant que prophète ce qui se passera, si le peuple ne s’inverse pas. En même temps il montre la voie qui pourrait accompagner l’inversion, et comment les hommes puissent encore échapper aux calamités menaçantes.

Prêts pour la fin


Et ainsi se produisirent les évènements des paroles du Seigneur par Amos au peuple: «Cherchez-moi et vous vivrez» (5, 4). Les cornes de l'autel, sacrées des prêtres à Béthel, seront brisées et tomberont au sol (3, 14). C'est la raison pour laquelle: «Ne cherchez pas Béthel et ne venez pas à Guilgal, les - sanctuaires - des prêtres. Car Guilgal ira au gibet et Béthel sera dévasté. Au lieu de cela, cherchez le Seigneur, et vous vivrez» (5, 5-6).

«Cherchez le bien et pas le mal, afin que vous puissez vivre, le Seigneur sera alors avec vous, tel que vous le glorifierez. Mais le droit flux comme de l'eau et la justice comme un torrent qui ne disparaîtra jamais» (5, 14.24).

Le grand prêtre Amatsia fit par suite renvoyer Amos du pays: «Toi voyant, disparais, fuit dans le pays de Juda, prophétise et mange ton pain là-bas, mais ne prophétise plus à Béthel, car c’est le temple du royaume» (7, 12-13). Amos quant à lui, resta fidèle à sa tâche. Humblement, il revendique encore une dernière fois au plus haut prêtre: Je suis un éleveur, et je cultive les figuiers. Mais le Seigneur m’a enlevé de mon troupeau et m’a dit: «Va et parle en prophète pour mon peuple d'Israël» ( 14-15). Mais le grand prêtre dédié en tant que «médiateur de Dieu» par les hommes, ne laisse plus Dieu parler par la bouche des prophètes. Comment se comporte alors le prophète? A l'intérieur de soi Amos, l'agriculteur et prophète, voit alors un panier de fruits récoltés à maturité, et il entend une fois de plus la voix de Dieu. Il écrit: l'éternel me dit: «Mon peuple Israël est mûr pour la fin» (8, 2). Ainsi il annonce au grand prêtre la mort et la destruction du peuple. Il doit ensuite fuir de l'empire du Nord d'Israël.
 

Encore une fois un peu de temps à la conversion


Il reste maintenant encore peu d’années pour Israël. Toujours assez de temps pour tout de même écouter le prophète, et effectuer une conversion. Mais les hommes ne le font pas. Au lieu de cela, ils prennent le temps pour s’armer. L'empire assyrien doit user la force des armes par empêcher la conquête d’Israël. Parce que les frères et sœurs fédéral de l’empire du sud ne souhaitent participer au plan, la rancœur du Nord s’adresse d'abord sur eux. Israël fait donc d'abord la guerre contre Juda, les tribus «rebelles» dans le sud. Amos et sa prophétie semblent passé, et Israël, contrairement aux prédictions, a tout d'abord les succès militaires souhaités. Jérusalem, la capitale de la tribu de Juda du sud, fut enfermé par les armées réunies israélienne de la tribu du Nord et par les Araméens alliés du Nord. Mais «les moulins de Dieu moulent lentement», comme dit le célèbre adage. Et Jérusalem ne tombe pas (voir 2 Rois 16, 5). Puis, la guerre se tourne. Plutôt que de se laisser conquérir par ses propres hommes du royaume du Nord, Juda appelle plutôt à l'aide la tribu de la grande Assyrie au Sud. Cette aide correspond tout à fait aux plans du grand roi assyrien. L'armée assyrienne est de nouveau mobile, et se mets en marche maintenant en direction de la Palestine. L'objectif de l’immense marche de guerre est le Nord d'Israël et sa capitale Samarie.

Maintenant, les assaillants sont attaqués. Mais Israël avait pris ses précautions militaires. Et Israël, petit pays par rapport à l’Assyrie, peut tenir ferme contre l'armée assyrienne pendant quelques années. Mais à long terme le pays ne peut plus se défendre militairement. En l'an 722 avant Jésus Christ est-il aussi loin. La fin est arrivée. La capitale de Samarie est assiégée et conquise, et les gens sont déplacés de sorte que seul reste la tribu de Juda au sud (2 Rois 17, 18). Amos n’a pas pu stopper la perte de l'empire du Nord avec ses mises en garde. Les tribus du nord d’Israël sont définitivement détruites, comme l'a prédit Amos autrefois, et quelques hommes restants se mélangent avec les peuples voisins.

La Faim du pain spirituel


Mais le prophète n’a pas seulement montré le cours des choses extérieures. Il a également évoqué le cœur de l'homme, le désir de Dieu et le véritable caractère de l'homme. «Vois, le jour viendra, dit le Seigneur Dieu, auquel j’enverrai une faim dans le pays, pas une faim de pain ou une soif d'eau, mais la faim d’entendre la parole du Seigneur», autre parole du prophète (8, 11). Tout d'abord, cette prophétie causa une agitation intérieure et le désespoir, car il est dit en plus sur cette faim: «Qu’ils courront d'une mer à l'autre, du Nord vers l'Est après la parole de l’éternel, et qu’ils ne la trouveront pas» (V. 2). Mais pourtant, en plein temps de souffrance, l'heure du revirement a pris son cours. Ainsi, le cultivateur de figue de l’empire du Sud, prolonge à la fin de sa révélation d'une façon prometteuse la vue sur l'avenir: «Dans le même temps, je veux redresser les cabanes ruinées de David et maçonner leurs fissures, et redresser ce qui est détruit, et les reconstruire comme elles étaient auparavant» (9, 11). «Vois, les jours viendront, dit l'éternel, auxquels on labourera et récoltera en même temps, et on sèmera et pressera en même temps. Et les montagnes ruisselleront des vins doux, et toutes les collines seront fructueuses. Car je veux tourner la captivité de mon peuple Israël, qu’ils reconstruisent les villes dévastées et les habitent, qu’ils plantent des vignes et boivent le vin, qu’ils créent des jardins de fruits et en mangent. Car je veux les planter dans leur pays, de sorte qu'ils ne soient plus éradiqués du pays que je leur ai donné, ainsi parle l'éternel, ton Dieu» (13-15). Certains disent que cela fait bien longtemps, et c’est bel et bien révolue. D'autres disent que c’est encore loin avant que ça s’accomplisse. D'autres encore disent que cette période aurait déjà commencé maintenant.

 


 

Jérémie - violé, torturé et assassiné,
 par ceux qu’il a voulu aider


C’était en l'an 600 avant JC - une année touchée par le destin pour Jérusalem et Juda, la seule tribu restante d’Israël (voir ci-dessus, le rapport sur Amos). La grande Babylone a remplacé l'empire assyrien et ne peut plus être arrêté militairement. Elle conquis un pays après un autre et les rassembla au nouveau grand empire. Juda, le reste de l’ancien empire d'Israël, était encore indépendant. Comment se comporteraient ses dirigeants, comme la population?
Au cours de cette période, la parole de Dieu fut transmise par le prophète Jérémie. Et elle était clairement politique: Israël ne doit pas s'opposer à la violence de Babylone. Dieu conduirait son peuple dans les périodes difficiles jusqu'à ce que Babylone aussi subisse son destin terrible et qu’Israël puisse de nouveau vivre en liberté. Mais les autorités politiques et religieuses de l'époque en Israël s’opposèrent au prophète, le combattirent et s’armèrent contre Babylone. Mais Dieu soulagea Jérémie et le redressa toujours. Le prophète Jérémie resta au coté du peuple d'Israël presque 50 années. Il n’abandonna pas et conserva sa fidélité envers Dieu et les hommes. Son salaire fut l’ingratitude. A la fin, comme disent les récits, il fut même lapidé par un peuple en colère. Mais avant, Dieu l'avait laissé regarder dans l'avenir: «Vois, un jour viendra, dit l'
éternel, où je ferai une alliance nouvelle avec la maison d'Israël et celle de Juda. Je veux mettre mes lois dans leurs cœurs et les écrire dans leurs esprits, et ils seront mon peuple, et je veux être leur Dieu» (31, 31.33).
 

Jérémie est capturé et reste seul


Contrairement aux mises en garde de Jérémie les politiques et les prêtres d'Israël se décident pour la guerre de défense contre Babylone. Cette décision est à la fois un jugement contre le prophète, et la couche supérieure d'Israël dit au roi: «Laisse donc tuer cet homme, car c’est ainsi qu’il enlève le courage des guerriers qui restent dans cette ville, de même que tout le peuple en leur disant de telles paroles» (38, 4). Jérémie fut pour cela considéré comme un traître du peuple et fut jeté affamé dans une fosse de boue.
Mais il y a encore un, qui au nom du Seigneur prophétisait, Uri, le fils de Schemajas. Il prophétisait tout comme Jérémie (26, 20). Lui aussi doit être exécuté. Lorsque Uri apprit son arrêt de mort, il parvient tout d'abord  à fuire en Egypte. Mais les dirigeants de Judas le firent suivre, et demandèrent son extradition aux
égyptiens. Ces derniers cédèrent. De retour à Jérusalem, le prophète fut poignardé sur ordre du roi. Maintenant il ne reste que Jérémie, qui doit mourir une mort plus lente et plus souffrante que son compère Uri. Mais un employé de la maison royale juive eut pitié du prophète. Il a obtenu une partie de grâce, et la peine de mort est abrogée. Jérémie est désormais emprisonné dans la cour de garde de la maison royale.
 

Le rachat d’un terrain avant que le pays soit conquis


Jérémie reçu l'ordre de Dieu, d'acheter dans sa ville natale, Anatot, un terrain. Jérémie soupire, mais se souvient de la promesse du pays, et prie à Dieu: «Tu leur as donné ce pays, comme tu l’avais juré à leurs pères, que tu souhaitais leur donner, un pays où coule le lait et le miel. Et maintenant, dis-tu de nouveau: Achète un terrain pour de l'argent, prends un témoin, malgré que la ville soit dans les mains des Babyloniens» (32, 22.25). Et Jérémie reçoit la réponse: «Vois, moi, le Seigneur, je suis le Dieu de toutes les chaires, y aurait-il quelle chose qui me serait impossible» (v. 27).

Ainsi, Jérémie a acheté pour 17 Lot d’argent le champ, une sorte de signal pour les autres et comme un symbole pour l'avenir. Et Dieu dit encore: «Que des terres soient achetées dans ce pays, desquelles on dira: C’est un désert sans hommes et sans bêtes, c’est dans les mains des Babyloniens» (32, 43).

Juda a militairement aucune chance contre Babylone. Des tonnes de sang coulent en raison de sa résistance martiale. Pour casser la résistance, la grande Babylone prend les devants par la force: Les maisons et les murs de Jérusalem et de Juda seront abattus, la plupart des survivants seront déportés. Mais Jérémie sera libéré de sa captivité après l'invasion des troupes de Babylone par les conquérants.
 

Nouvelles méprises et insultes au prophète


Abattu, certains supérieurs restant du peuple et de la population s’adressent à  Jérémie et demandent la «Parole de Dieu» pour la nouvelle situation. Mais la plupart ont d'ores et déjà décidé, avant de demander, sans conviction, le conseil de Dieu: Ils voulaient quitter le plus rapidement possible ce pays dévasté, ne plus voir les conséquences de la guerre, ne plus souffrir de famine. L'Egypte, ainsi croyaient-ils, est suffisamment puissante militairement pour affronter Babylone, et de plus il y a là assez à manger. Mais Dieu parle autrement. Il sait que c’est mieux pour le peuple s’il reste dans le pays promis, qu’ils construisent ou reconstruisent de nouveau: «Si vous rester dans ce pays, je veux aussi construire, je veux aussi planter. Vous ne devez pas avoir peur du roi de Babylone, dit le Seigneur, car je veux être auprès de vous, afin de vous aider et de vous délivrer de sa main» (42, 10-11).

Un mot clair, donné par la bouche de prophète. Jérémie avait, comme appui, lui-même acheté un terrain. Que feront les autres? La première réponse qui fut donnée à Jérémie de l'assemblée populaire est la suivante: «Tu mens» (43, 2). Une grande inquiétude naît, et l'assemblée adopte l'évolution suivante: de plus en plus les citoyens prennent l’opinion du premier revendicateur. Et ainsi la conviction se poursuit une nouvelle fois dans la population, de ne pas écouter le prophète. Le peuple d'Israël (même si seule la tribu de Juda existait) se déplace en direction de l'Egypte. Mais celui qui reste dans le pays et écoute la Parole de Dieu, ne recevra aucune chance. Tous doivent venir. Ainsi Jérémie fut aussi obligé de suivre vers l'Egypte.

La «reine du ciel» n’aide pas


La vie en Egypte se déroule très différemment de ce que les Israéliens en espéraient. C'est une très dure lutte pour l'existence quotidienne de survie. Dans cette situation, les personnes mettent leur foi en question. Pourquoi ne pas prier au même Dieu que les Egyptiens? Finalement, les prêtres et les supérieurs de la population décidèrent: A partir de maintenant, la reine du ciel, la «grande déesse» d'Egypte, devra être honorée. A ce moment, le prophète, qui fut déporté contre sa volonté vers l'Egypte, reçu de nouveau à l'intérieur de soi, la Parole de Dieu. Il met en garde la population contre un nouveau malheur, si Israël commence maintenant à entretenir le culte des idoles, et à renoncer entièrement au Dieu présent, qui parle par la voix de Jérémie et qui veut conduire son peuple à la paix et au bonheur. Quelle serait la réaction à cette mise en garde? Si les Israéliens maintenant au moins se recueillirent, abandonneraient leur projet et au lieu de ça demanderaient à Dieu peut-être ce qui serait à faire? Mais rien ne se passe. C’est à la «grande déesse» d’Israël d’aider l'Egypte. Ainsi fut décidé. Mais la nouvelle religion ne sert à rien. Au contraire: au lieu d'une amélioration de la vie, la famine et les épidémies se répandent rapidement et réclament leurs victimes une après l'autre. Les israélites deviennent maintenant de plus en plus brutaux, la violence et les meurtres se multiplient. Maintenant, les jours du prophète sont aussi comptés. Jérémie, selon les traditions, fut tué dans des conditions inconnues. Finalement, il ne reste seulement qu’un petit tas d'israéliens miséreux.

Un nouveau début pour les déchus


Mais ce n'est pas la fin complète. En effet, les rares survivants se ressaisirent. Ils décident de retourner en Israël. Et là, ils rencontrent de nouveau les premiers déplacés de Babylone. En effet, le grand empire Babylone était désormais tombé entre les mains des Perses, comme le prophète Jérémie l'avait prédit auparavant. Beaucoup de temps est perdu, qui aurait pu servir pour la bénédiction du pays et de son peuple. Mais Israël a encore une nouvelle chance de rétablir son pays et sa société selon les commandements de Dieu. Ainsi, comme il a été promis jadis par le prophète Jérémie: «Je t’ai toujours aimé et c’est pour cela que je t’ai pris sur moi par ma bonté. Ainsi bien que je veuille te construire de nouveau, que tu sois bâti, toi vierge d’Israël, tu dois t’orner de nouveau, sonner les timbales et aller danser dehors. Tu dois en revanche planter des vignes aux monts de Samarie» (31, 3-5). Est-ce que cette nouvelle opportunité sera maintenant utilisée?

 

 
Les prophètes des dernières 2000 années


Les églises enseignent au sens propre que Jésus en tant que «Fils de Dieu» aurait été en même temps le dernier «prophète» par lequel Dieu aurait directement parlé à l'homme.
Jésus lui-même ne l’enseigne expressément pas. Il met en garde contre les «faux prophètes» et explique comment, en revanche, peut-on reconnaître un vrai «prophète» de Dieu:

«Gardez-vous des faux prophètes qui viennent à vous en peau de brebis, mais à l’intérieur ils sont comme des loups ravisseurs. C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. Peut-on vendanger des raisins sur des épines ou des figues sur des chardons? Ainsi, tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits. C'est pourquoi: Vous les reconnaîtrez à leurs fruits» (Bible, Matthieu, 7, 15-17.20). Ailleurs, Jésus parle de «l'esprit de la vérité», qui annoncera encore plus de vérités que celles que Jésus lui-même porta dans le monde: «J'ai encore beaucoup de choses à dire, mais vous ne pouvez le supporter. Mais quand celui-là, l'esprit de vérité viendra, il vous conduira dans toute la vérité. Car il ne parlera pas de sa propre initiative, mais ce qu'il entendra, il le dira, et ce qu’il sera de l'avenir, il vous l'annoncera» (Jean 16, 12-13). Et Paul lui-même connaît très bien d'autres prophètes, quand il écrit: «Vous êtes le corps du Christ et chacun de vous un membre. Et Dieu a créé dans la commune premièrement des apôtres, deuxièmement des prophètes, troisièmement les enseignants, les auteurs des merveilles, puis ensuite les miraculeux, ensuite les dons de guérison» (1 Corinthiens 12, 27-28).
Les églises enseignent cependant, à la différence de Jésus et de Paul, que le temps de la prophétie ou des «révélations» a été essentiellement conclu avec Jésus, et maintenant l'ère de l'église a commencé. En d'autres termes: L'église ne veut et n'a pas besoin de prophète, car pour elle il y a la bible, et celle-ci est interprétée par les scribes ecclésiaux et même les théologiens.
On peut aussi clarifier cette situation de manière pratique: Peut-on imaginer que le pape, le cardinal, l'évêque ou un doyen prêterait l'écoute à un prophète, si «le monde spirituel» voulais corriger les dignitaires par un prophète? Ou bien encore, peut-on imaginer qu'un prophète puisse même changer une seule des 2000 phrases et plus dans le Catéchisme catholique? Ou qu'il puisse changer une seule chose dans la confession évangélique? Jamais et jamais. Mais s’il devait avoir un jour peut-être un «prophète» reconnu de l'église, il sera alors nécessaire que la prophétie soit identique avec le «canon» («guide» obligatoire de l'église) de la bible, comme les théologiens de l'église l’on décrété. Mais les prophètes sont toujours restés des avertisseurs inconfortables, et ils ont aussi toujours concentré leurs paroles contre le christianisme officiel institutionnalisé. C'est pourquoi seules les prophètes de leur propre maison ou de leur propre cour sont tolérés, ceux qui seul prophétisent ce qui est identique avec l’enseignement des théologiens ecclésiastes et des prêtres. Ainsi, il en était de même déjà à l'époque de l'ancien testament, lorsque les prophéties du prophète de Dieu Jérémie furent contredites des prophètes de cour et du prêtre assistant Hanania (Jérémie 26). Les contemporains aisés et entêtés croyaient Hanania, mais Jérémie eut raison. Et la population ne profita pas de la chance de détourner le malheur. A l’époque du Christ se fut encore pire, parce que l'église fut d'emblée contre les prophètes, tandis que dans l'ancien testament ils furent écoutés, du moins en partie. Par conséquent, les prophètes ou les personnes portant des messages prophétiques furent toujours injuriés, raillés et poursuivis à plusieurs reprises par les prêtres et les théologiens de l'église, et ils furent alors, par exemple, exécutés sur le bûcher. De même manière il en était pour les prophètes après Jésus-Christ, comme ceux de l’ancien testament. Leur vie était constamment menacée.
Et c’est ainsi aussi que les prophètes et les prophétesses parlèrent toujours aux chrétiens au cours des derniers 2000 ans. Il était très rare que ces derniers se laissent accaparer par l'église, et, le cas échéant, cela se produisait après leur mort, quand ils ne pouvaient plus s'y opposer. Parfois, ils ont été également admis. Cependant, ils ont été souvent passé sous silence, calomnié ou exécuté. Et à notre époque, ils sont d'emblée
ridiculisés et dans les médias populaires, tou ceux qui ne conviennent pas à l'église, sont mis dans le même sac que  les «idiots» ou les «sectaires» Ainsi, de nombreux contemporains sages furent tirés dans la saleté et calomniés dans leur réputation.
En fait, on pourrait aussi se demander: Où mène l'église la chrétienté? Et qu’est-ce leur bible a apporté aux hommes depuis 1700 ans? A chaque fois, on l’a fait valoir - en particulier, pour justifier la guerre et pour exploiter la terre. Et la bible fut toujours interprétée de la façon dont les auteurs en avaient juste besoin. L'état de notre planète et des sociétés en montre les fruits. Et qu’est-ce que les prophètes auraient pu causer si on les avait écoutés?

Voici quelques exemples auxquels chaque prophète  peut être examiné d’après le critère des «fruits», dont Jésus parle: Montanus, Mani, Marcion, Bogumil, Girolamo Savonarola à Florence, les prophètes Markus Stübner, Thomas Drechsel, Nikolaus Storch de Zwickau (voir www.theologe.de/theologe10.htm), Hans Böhm (le «Joueur de pipeau de Niklashausen»), Sebastian Franck, Jakob Böhme, Johann Georg Gichtel, Emanuel Swedenborg, Marguerite Porète, Birgitta de Suède, Hildegard de Bingen, Thérèse d'Avila, Catherine de Sienne, Joachim de Fiore ou à notre époque, Gabriele Wittek et d'innombrables autres prophètes, prophétesses et messagers de Dieu non connu de nom, qui ont laissé leur vie sur les bûchers de l'église.


Foto rechts
@ Maryanne Bilham (USA) for Divine Eros: Die Gottesprophetin Marguerite Poréte wurde 1310 in Paris auf dem Scheiterhaufen lebendig verbrannt.

 


Le retour du Christ -  le plus grand ennemi de l'église?

Des pensées actuelles sur un thème inconfortable


«Jésus revient», dit-on dans la confession des églises. Mais malheur, s’il revenait vraiment! Il suffit du bon sens de la raison humaine pour reconnaître clairement qu’il n’a jamais approuvé ou béni  les dogmes de l'église, les confessions, les rites ou les cérémonies. En outre, il n'irait pas non plus voyager au Vatican, pour remercier ses prétendus représentants, ainsi que le pape et ses prédécesseurs pour avoir si «courageusement» tenu la position au cours des dernières 2000 années.

S’il venait délicatement, il demanderait certainement et aimablement de corriger d’abord certains passages dans la doctrine ecclésiale, bien que celles-ci concernent sa personne. Déjà avec cette proposition, il serait vraisemblablement vu comme un ennemi de l’église. Car en effet, cette doctrine est dans sa base essentielle, infaillible et inaccessible aux corrections (voir le dogme infaillible de 1870; voir Neuner-Roos, La foi de l'église, thèse n° 85). Cela vaut principalement pour l'enseignement catholique romain, mais aussi au cœur de la doctrine évangélique, selon laquelle Dieu se serait exprimé dans la bible de manière concluante et définitive.

Si Jésus devait donc revenir, même s’il est très prudent, le conflit avec les grandes églises serait inévitable. Car en effet, si elles étaient vraiment des églises de «Jésus-Christ», alors elles seraient contraintes de l’écouter. Mais ils ne le feront certainement pas. Les églises ont construit trop de choses qui sont en contradiction avec Jésus de Nazareth (voir ci-dessus et les autres thèmes de la série du «théologiens»): l'enseignement, la hiérarchie et la machinerie des fonctionnaires, les concordats et les traités, les coffres et les nombreuses reliques des grands recueils tels que le Codex Iuris Canonici (CIC), la tradition, les empreintes caractéristiques, les chichis, les habits (= les «manières» et les «contenances») des fonctionnaires, la rencontre mondiale des jeunes et les jours ecclésiales. L'église a besoin pour justifier leur existence du prétendu «mystère de Dieu» et la foi de l'homme, pour donner l’apparence de pouvoir négocier avec le ciel pour leurs fidèles en pratiquant leur prédication et les sacrements (voir Le théologien n° 32). Un Jésus, venu de nouveau, qui éclaircit le «mystère de Dieu» et qui explique aux hommes tout ce qui est important, ce serait la fin de la puissance ecclésiastique. Mais les seigneurs de l'église et ses aides ne se laisseraient pas si facilement abattre. Ils se battraient avec leurs griffes et leurs dents pour conserver leur pouvoir et leurs privilèges, comme toujours depuis les dernières 2000 années.

C’est ainsi que Jésus, sans ne plus être prudent, ôterait le masque du visage au Pape à Rome. Et il prononcerait sans doute encore son «appel au Malheur», comme aux théologiens et aux scribes de son époque. «Malheur à vous, hypocrites, qui empêchez l’entrée du royaume des cieux aux hommes! Vous-même n’y entrez pas et ceux qui veulent entrer vous ne les laissez pas passer» (Matthieu 23, 13). Et les hypocrites, avec leur col et la croix autour de leur cou et à leurs vestes, se rassembleraient et chercheraient conseil sur le moyen de l’éliminer: le «Guide de secte», le «soi-disant Christ», le «faux prophète», le «faux Christ», le «gourou totalitaire», le «charlatan», le «faux lapsus de guérison». Même une «preuve» ferait-on impliquer, afin de «démystifier» le Christ. La preuve serait la suivante: le Christ ne respecte pas les dogmes de l'église et de croyance et non plus les écrits dans la bible, et choisirait que les points qui lui seraient agréables (bien que soi-même on en fait tout autant, on choisit seulement d'autres points). Mais la bible dans son ensemble est incontestablement dans le monde entier «la base entière de la chrétienté mondiale». Les dogmes et les écrits de foi des églises sont les interprétations légitimes de la bible. En revanche, le retour de Jésus-Christ: une personne qui ferait l’«important» très probablement un malade psychique et poussé de grands «fantasmes illusoires». En effet, alors que l'église élève la tradition éprouvée de nombreuses générations, il contredirait: «Je vous le dis …»

Même s’il devrait être bien vu dans la population, en dépit de la calomnie, l'église ne l’accepterait pas si facilement. Car en effet, elle dispose de beaucoup de voies et moyens. Au cas ou il retravaillerait avec succès comme menuisier estimé, on appellerait à ne pas passer de commande avec cette entreprise de secte. Même les foires artisanales seraient averties afin qu’il n’obtienne pas de place. Aucun journaux ne publieraient ses annonces. On pourrait justifier une annulation pour la bonne raison que son enseignement ne soit pas compatible avec les principes de commerce de la maison d'édition. L'église a ses gens partout, ce qui prouve de leur «université de sainteté» cela aussi est un signe aux personnes. Et ainsi, elle pourrait essayer en tous les points d’«élucider» les gens sur les critiques de Jésus ou là où elle le jugerait nécessaire, d'agir politiquement ou juridiquement contre lui. Et les politiciens pertinents se voûteraient à nouveau et avec respect devant le pouvoir de l'église. Car, comme disait un dirigeant de l'église, immédiatement après la fin de la 2e Guerre mondiale «que l'église n’a pas besoin de se reconvertir ou de changer, la plupart trouvent certainement ceci comme un reflet d'éternité» (doyen George mars de Würzburg, cit. par C. Vollnhals, Eglise évangélique et dénazification, Munich 1989, p. 134).

Près de 2000 ans les dirigeants et les dominants sont venus et sont partis. Mais l'église reste - à côté de l'actuel ou - sagement dit d’avance - des futurs dirigeants. Et elle se laisse toujours offrir de nouveau des richesses, des privilèges et des avantages. Pourtant, à chaque fois que le ciel se penche un peu plus sur la terre par l’intermédiaire d’un prophète, le siège de Pierre à Rome et son tabouret évangélique commence à vaciller. Quel serait le danger si le Christ revenait? Il n'y a pas de plus grand risque pour les églises réelles existantes. Malheur, s’il venait. Malheur, s’il venait vraiment une seconde fois! Malheur, malheur! N’a-t-il pas été cloué sur la croix? N'a-t-il pas gentiment, après sa résurrection, gardé le silence en grande partie? N’a-t-on pas fait taire les hérétiques chrétiens et les prophètes de Dieu au cours des derniers siècles avec succès? Est-ce que l'église ne s’est pas toujours défendue avec succès contre les «hérésies» et les «sectes», et les a «neutralisés»? Viendrait-il lui-même encore maintenant? Veut-il même provoquer l'église sur un «combat final»?

L'église n'a pas besoin que le Christ revienne. L'église est devenue une institution puissante, la plus puissante institution de la terre. Elle n’est plus une place de jeu pour les émigrants prédicateurs contractés. L'église a la bible. L'église a le dogme, et les fidèles parlent de semaine en semaine la foi apostolique. Et l'église a le pape. Son «Urbi et Orbi» traverse instamment sa force dans tous les palais de la terre et aussi dans les dernières cabanes à la lisière de la civilisation. Et comment les gens l’exultent quand il retourne encore et encore. Aucune somme d’argent n’est de trop pour le pape et à sa cour. Cet homme leur donne espoir. Il leur est un modèle. Et il leur donne la force, y compris les évangéliques. Et bien sûr, l'église prend aussi le Christ dans sa garde. Elle l’a pris comme un dieu muet. Balbutiant et désemparé dans la crèche ou porté au silence sur le crucifix. Là, il nous a sauvés. Cela doit suffire. Malheur, s’il osait en effet venir encore une fois.
 

Le texte peut être cité comme suit:
Magazine «Le théologien», ed. Dieter Potzel, édition n °20: Elia, Amos et Jérémie - Les prophètes avertisseurs inconfortables pour le peuple. Les prophètes depuis Jésus de Nazareth, http://www.theologe.de/prophetes.htm, 29.7.2010

 

TWITTER   FACEBOOK   STUDIVZ  
 


Links:


L´Esprit Libre

Inquisition - Les méthodes de torture cruelles de l'église - L'inquisition et les femmes

Qui suit Martin Luther, et qui suit Jésus, le Christ? - Les abîmes secrètes de l'église protestante luthérienne

 

Les revues LE THEOLOGIEN, les éditions numéro 1, 3 et 8, et le numéro 1 des CHRETIENS LIBRES sont disponibles gratuitement aussi en forme imprimée. Envoyez – nous un E-Mail avec votre adresse, et vous recevez les brochures gratuitement. Nous nous réjouissons d'un soutien financier: Compte Numéro 200 58 08, Volksbank Main-Tauber, le code banque 673 900 00, (BIC: GENODE61WTH, IBAN: DE06 6739 0000 0002 0058 08), Dieter Potzel, but d'utilisation: Le théologien. Mercie beaucoup! (coûts de production environ 5,00 Euro)

 

[ Es - El espíritu libre ]  [ Es - Teólogo ]  [ 1 Es - Lutero-Cristo ]  [ 2 Es - Reencarnación ] 
 [ 3 Es - Lutero-Jesus de Nazaret ] 
 [ 5 Es - Pablo ]  [ 7 Es - Jesus-Animales ] 
[ 8 Es - Biblia ]
  [ 13 Es - Sacerdotes ]  [ 14 Es - Jeronimo-Biblia ]  [ 18 Es - Fe de la Iglesia ]  [ 19 Es - No condena eterna ] 
 [ 19a Es - Muerte da Jesus ]  [ 19b Es - No pecado original ] 
[ 20 Es - Profetas ]  [ 25 Es - La Iglesia idólatra ]
[ 26 Es - Biblia-Genocidio ]  [ 32 Es - Sacramentos de la Iglesia
]  [ 35 Es - Justificacíon peligrosa ]
[ 37 Es - Templos-Iglesias ]  [ 39 Es - Armamento-Vaticano ]  [ 40 Es - Bautismo ]  [ 42 Es - Baal ]
 
[ 45 Es - Maria ]  [ 49 Es - Predestinacion ]  [ 52 Es - No naciemento virginal ]  [ FC1 Es - Iglesias de piedra ]   
 [ FC 3 Es - Riqueza de la Iglesia ]  [ FC4 Es - Encardos de sectas ]  [ FC 6 Es - Iglesia-Muerte ]

     [ Es - Test ]  [ Es - Pregunda-Respuesta ]  [ Es - Inquisicion ]  [ En - The Free Spirit ]
   [ En -- Luther-Christ ]  [ F- L`Esprit Libre ]  [ F - Luther-Christ ]  [ F - Prophetes ] 
  [ HR - Reinkarnacija ]  [ HR - Ziva Bozicna Drvca ]  [ HUN - Eloe Karaksonyfak ] 
   [ I - Lo Spirito Libero ]  [ I - Chiesa, tradimento al Cristo ]  [ PL - Teolog ]  [ Impressum ]